Blog Mindfulness Belgium

Le biais de l'instant présent

Le biais de l'instant présent

L’entraînement à la pleine conscience est censé nous amener à sortir des ruminations du passé et des angoisses du futur.

Fort bien.

Au-delà de ce principe très louable – parfois répété comme une loi immuable par nombre d’instructeurs – il y a un principe de réalité, parallèle au paradigme de la mindfulness et bien plus ancien qu'elle, dont il serait judicieux de se souvenir : le biais du moment présent.

Celui-ci ne présente pas que des avantages, car si – au niveau individuel – il nous exonère d’angoisses du futur, il peut aussi altérer notre lucidité quant à l’effet de nos (in)actions présentes sur le déroulement du futur.

J’entends par là que ce biais du moment présent a une large tendance à nous amener à n’agir - ou renoncer à agir -  que  sur le présent ou le futur immédiat, et nous faire oublier le contrôle (même petit et limité) que nous avons sur le fil de notre vie, pour en être acteurs, plutôt que victime de celle-ci. Et ceci, parfois au même titre que la peur ou la colère dont nous tentons de nous détacher.

La connexion au moment présent est censée nous libérer de l'illusion, pas nous déconnecter de la raison.

Ce biais cognitif a également tendance à se combiner au biais d’impuissance acquise, qui consiste à nous considérer comme totalement impuissants face à un problème que nous n’avons pu résoudre jusqu’ici. Ce biais d’impuissance acquise amène – par exemple – nombre de personnes victimes de violences conjugales à accepter comme inéluctables les violences dont elles sont victimes. Ceci au point de les «normaliser », voire même de se culpabiliser et ainsi justifier leur renoncement à agir.

La pleine conscience nous invite à être conscients de ce que nous sommes en train de vivre, en améliorant notre lucidité concernant les conséquences de nos actions pour le futur.

Écrit par : Jacques Splaingaire

Abonnez-vous à notre lettre d'informations


© 2019 Mindfulness Belgium
Conception et hébergement : CDSOFT.be