Blog Mindfulness Belgium

LE VIRUS DE LA PEUR (Osho) et le biais du halo

LE VIRUS DE LA PEUR (Osho) et le biais du halo

Suite à la lecture d'une interview de Osho (par Corine Fontaine) concernant la peur, et notamment celle des épidémies, j'ai eu envie de vous faire partager ma vision de celle-ci.

Que les choses soient claires: je ne suis pas un "fan" inconditionnel de Osho, et je ne partage pas toutes ses opinions.

Mais ... ce n'est pas parce qu'on n'est pas d'accord avec tout, qu'on est obligé de n'être d'accord avec rien !

Le biais cognitif du halo, nous incite ainsi à adhérer, ou rejeter, de manière très préférentielle  l'avis d'une personne. Soit parce nous l'admirons, soit parce que nous la détestons personnellement.

Si un Neo-nazi me dit que le ciel est bleu, je ne vais pas prétendre qu'il est vert à pois rouges, au titre que je ne peux adhérer à l'avis d'un néo nazi. Mais ça m'ennuie de devoir être de son avis.

A contrario, si Eric Clapton - dont je suis un grand fan - me dit que la terre est plate, je ne vais pas défendre cet avis, au titre qu'il est émis par le meilleur guitariste du monde. Mais ça m'ennuie de ne pas pouvoir être de sons avis.

Tout ceci pour en revenir à cet écrit de Osho dont il convient de lire le propos, sans se laisser embarquer dans un biais de halo, en fonction de votre opinion à son sujet. Ceci implique de prendre conscience de "ce que l'on aimerait qu'il dise" afin de mesurer ce biais... et écouter (ou lire) véritablement et profondément le fond du propos.

Et - en dehors de ce biais du halo - de prendre  conscience que lorsque nous avons peur ... nous privilégions les propos qui la justifient, plutôt que ceux qui tentent de nous démontrer qu'elle n'est pas (ou peu) pertinente.

La question n'est pas de "ne pas avoir peur", puisque celle-ci est normale. Par contre si nous vivons le danger en fonction de notre peur, et non en fonction d'un regard lucide sur celui-ci, nous basculons alors directement dans l'illusion négative.

Souvenons-nous que l’illusion – au sens des trois grands poisons de la mindfulness (et du bouddhisme) - n’est « que » le sommet de ce poison, qui comporte 3 niveaux : l’ignorance, la méconnaissance, l’illusion ».

Chacun de ces trois niveaux présente un danger majeur :

L’ignorance => surtout dangereuse quand on croit qu’on ne l’est pas.

La méconnaissance => surtout dangereuse quand on croit qu’on connait

L’illusion => surtout dangereuse quand on croit que c’est la réalité.

Le premier niveau nécessite la conscience, mais il va falloir développer de la lucidité face aux deux suivants.

La peur peut ainsi être induite par la révélation d’une chose que nous ignorions,.

Mais elle peut aussi  être ensuite induite par le fait que ce qui nous est révélé est mal documenté ou infondé (la méconnaissance).

Puis elle sera d'autant plus intense par le fait que nous construisons une histoire erronée (l’illusion).

Et ceci est contagieux, car nous adorons – pour nous rassurer – que les autres soient du même avis que nous... 

Osho explique fort bien dans l’article en lien ce mécanisme, d’un point de vue tant psychologique que philosophique.

 

 La peur des épidémies ... vue par Osho

Écrit par : Jacques Splaingaire

Abonnez-vous à notre lettre d'informations


© 2019 Mindfulness Belgium
Conception et hébergement : CDSOFT.be