Blog Mindfulness Belgium

Bien vivre ou bien mourir ?

Bien vivre ou bien mourir ?

«Laissez-nous mourir comme nous voulons!» (André Comte-Sponville)

"C’est une opinion qui contraste dans la symphonie actuelle autour du coronavirus et du confinement. André Comte-Sponville, philosophe français, déplore qu’on sacrifie les jeunes au détriment des personnes âgées, la liberté sur l’autel de la santé. Et il interroge notre rapport à la mort."   (Laure Lugon, interview de André Comte-Sponville dans « le Temps.ch » du 17 avril 2020)

Je ne me prononce pas sur mon adhésion ou pas à l’opinion de A.Comte-Sponville, mais il m’a semblé intéressant, du point de vue de la conscience qu’est censée nous permettre la mindfulness, de nous pencher de manière curieuse sur cet autre point de vue.

Ma vision de la pleine conscience va fréquemment à l’encontre de l’apitoiement focalisé, parfois - voire souvent - confondu avec une bienveillance réactive purement émotionnelle.

 Cette réaction émotionnelle focalisée ne permet pas la conscience globale des faits et la connaissance correcte de leur nature, qui sont sont censées induire la lucidité. Celle-ci permettant le pragmatisme nécessaire à une réponse pertinente, qui caractérise la pleine conscience.

Et ceci parce que la conscience de ce qui est sous nos yeux, altère souvent notre lucidité concernant ce que nous ne regardons pas, mais qui existe bel et bien.

Ceci signifie qu’un problème individuel doit être abordé de manière individuelle, mais qu’un problème de société doit être abordé sous l’angle de la société des individus.

Cela ne nous est pas familier, parce que nous avons une tendance naturelle à ne regarder que ce que nous voyons aisément parce que nous y sommes impliqués, ou à ne le voir que comme ce que nous connaissons déjà (Ou croyons connaître).

"Qu’est-ce qui est le plus bienveillant : consacrer une semaine nuit et jour pour sauver une vie sous nos yeux, ou ne lui consacrer qu’une heure et consacrer cette semaine à prendre des mesures pour éviter la mort de 100 personnes que nous ne voyons pas ? " (D’après H.Rosling « L’instinct de la taille » in Factfulness)

L’article en lien va dans ce sens, André Comte Sponville met ici en parallèle deux visions différentes de l’existence humaine : favoriser la vie ou refuser la mort.

Laissez-nous mourir comme nous le voulons !" (André Comte Sponville)

Vu sous cet angle, d’innombrables citations et lieux communs philosophiques reçoivent l’adhésion de la majorité des gens.

  • Plutôt mourir que souffrir ainsi
  • Plutôt mourir debout que vivre à genoux
  • Plutôt mourir que vivre dans ces conditions …

Mais lorsque nous sommes nous-mêmes confrontés à une situation qui sort ces jolies phrases de l’abstraction, c’est une autre histoire…

Se sentir concerné ou être impliqué sont deux choses assez différentes !

Écrit par : Jacques Splaingaire

Abonnez-vous à notre lettre d'informations


© 2019 Mindfulness Belgium
Conception et hébergement : CDSOFT.be